Université allemande du sport, Cologne – Etude n°2

Etude scientifique sur l’électrostimulation

L’université allemande du sport de Cologne a réalisé plusieurs études concernant l’efficacité des méthodes d’entrainement par électrostimulation. En voici un résumé spécifique consacré aux schémas d’entrainement et paramètres d’intensité idéaux.

L’ensemble des études menées ont permis l’élaboration du matériel Miha Bodytec. Celui-ci présente l’optimum actuel en terme de durée d’entrainement ramené au gain de performance.


L’électromyostimulation – Etude de l’influence des schémas d’entraînement et des paramètres de stimulation sur l’efficacité de l’entraînement par l’électromyostimulation sur certains paramètres de force.

(Laboratoire de la fonction musculaire, Institut des sciences du sport et de l’informatique sportive, Université allemande du sport, Cologne, Allemagne;Filipovic A, Kleinöder H, Dörmann U, Mester J.

J Strength Cond Res. 2011 Nov;25(11):3218-38. doi: 10.1519/JSC.0b013e318212e3ce. Review)

Résumé

Notre première étude de notre série en deux parties a examiné les effets de l’électromyostimulation percutanée (EMS) sur la force maximale, la vitesse, la capacité de saut et de sprint et la puissance, révélant l’efficacité de différentes méthodes EMS pour l’amélioration des paramètres de force. Sur la base de ces résultats, cette seconde étude passe en revue les schémas d’entraînement et les paramètres de stimulation afin de déterminer leur influence sur l’efficacité de l’entraînement en force par EMS.

Sur environ 200 études, 89 essais ont été sélectionnés selon des critères prédéfinis: âge du sujet (<35 ans), santé du sujet (non altérée), type EMS (stimulation percutanée) et durée de l’étude (> 7 jours). Pour évaluer ces essais, nous avons d’abord défini les catégories appropriées en fonction du type d’EMS (local ou corps entier) et du type de contraction musculaire (isométrique, dynamique, isocinétique).
Contrairement aux études précédentes, celle-ci différencie 3 catégories de sujets en fonction de leur niveau d’aptitude (sujets non entraînés, sujets entraînés et athlètes d’élite) et des types de méthodes EMS utilisées (locale, corps entier, combinaison). Un accent particulier a été mis sur les athlètes formés et d’élite. Les sujets non entraînés ont été étudiés à des fins de comparaison.

L’objectif principal de cette étude était de déterminer les conditions préalables à la production d’un seuil de stimulus adapté lors de l’entrainement par EMS qui développe les capacités de force afin de donner des directives pour la mise en œuvre efficace de l’EMS dans les exercices de musculation.
En résumé, l’analyse révèle une relation significative (p <0,05) entre une intensité de stimulation de 50% de contraction volontaire maximale (MVC, 63,2 ± 19,8%) et des gains de force significatifs. Pour générer ce niveau de MVC, il était possible d’identifier des directives pour combiner efficacement les schémas d’entraînement (4,4 ± 1,5 semaines, 3,2 ± 0,9 séances par semaine, 17,7 ± 10,9 minutes par séance, 6,0 ± 2,4 secondes par contraction avec 20,3 ± 9,0% cycle) avec des paramètres de stimulation appropriés (largeur d’impulsion 306,9 ± 105,1 microsecondes, fréquence d’impulsion 76,4 ± 20,9 Hz, intensité d’impulsion 63,7 ± 15,9 mA) pour optimiser l’entraînement pour développer des capacités de force (force maximale, vitesse, saut et sprint, puissance).

Laisser un commentaire